Devenez une entreprise mécène

La loi du 1er août 2003
« Le parlement a adopté le 1er août 2003 une loi qui donne un nouvel élan au mécénat en France. Notre pays accusait un certain retard par rapport aux autres pays européens et aux Etats-Unis. La générosité des Français n’était pas en cause ! C’est la détermination des pouvoirs publics qui manquait. Aujourd’hui, elle est renforcée. »

Renaud Donnedieu de Vabres,
Ancien Ministre de la Culture et de la Communication.

Pourquoi devenir entreprise mécène ?

Le mécénat est la rencontre entre une association porteuse d’un projet d’intérêt général d’une part, et une entreprise ou une fondation désireuse de s’investir dans le champ de la culture et du patrimoine. Les entreprises produisent des richesses, fédèrent les hommes et rassemblent les énergies : elles sont le ciment et l’avenir de leur région. Mais une région vit aussi de sa culture, de son patrimoine, de son histoire. La sauvegarde et la mise en valeur de ce patrimoine sont un enjeu majeur pour les années à venir. Une région qui perdrait ses racines serait-elle encore une région vivante ? Les entreprises et les fondations doivent prendre toute leur place dans ce combat.

Intérêt de l’entreprise

Dans le cadre d’un convention de partenariat, l’entreprise trouve son intérêt :
- En terme de mobilisation de ses salariés autour d’un projet fédérateur, démontrant la prise en compte de sa « responsabilité sociale ».
- En terme de réduction d’impôts qui diminuent sensiblement le coût de sa participation financière au projet.
- En terme de visibilité et d’accès privilégié aux infrastructures qu’elle soutient, pour ses collaborateurs et ses clients.

Mais avant toute chose, le mécénat témoigne de sa volonté de s’engager au service d’une oeuvre d’intérêt général et d’associer son nom à un projet culturel durable et d’envergure.

Parole de mécène
« S’investir dans le mécénat est maintenant à la portée de toutes les entreprises. C’est un geste de responsabilité envers les générations futures. Il est temps que les entrepreneurs jouent le rôle de moteur qui leur revient, y compris dans le domaine culturel. »

Jean-Marie Schmitz,
DG de Lafarge-Maroc, DGA du groupe Lafarge